Depuis les terribles attentats dans les écoles de Toulouse et Montauban en 2012, les établissements scolaires se voient dans l’obligation de prévoir un système d’évacuation ou en tout cas, une méthode pour pouvoir mettre tout le monde à l’abri en cas de menace. Il s’agit du PPMS, Plan Particulier de Mise en Sureté des Personnes. Dans le cadre du plan Vigipirate école, il est donc important de savoir comment ce système peut se mettre en place.

Plan vigipirate école : de quoi s’agit-il ?

Les établissements scolaires représentent malheureusement une cible pour les terroristes du monde entier. Les Etats-Unis, tristement célèbres pour leurs tueries de masse dans les écoles et universités, ne font plus exception, ce phénomène s’observe maintenant en Europe et notamment en France. Pour éviter les drames comme ceux de Toulouse et Montauban survenus en 2012, l’Etat a déployé le plan Vigipirate école

Prendre des mesures pour sécuriser les écoles 

Ce dispositif impose la mise en place de plusieurs moyens de sécuriser les lieux. Ces aménagements se présentent de différentes manières : interdiction de stationner trop près de l’école, installation de barrières pour protéger les piétons, contrôle systématique de l’identité et du sac des visiteurs étrangers à l’entrée du site… Pour que les écoliers et étudiants puissent réagir rapidement en cas d’attaque dans l’établissement, il s’avère également nécessaire de mettre en place un PPMS, Plan Particulier de Mise en Sureté

Qu’est-ce que le Plan Particulier de Mise en Sureté, PPMS ?

Le Plan Particulier de Mise en Sureté, PPMS, a pour but d’organiser le déplacement des personnes présentes dans l’établissement en cas de menace ou d’attaque pour les mettre en sécurité. Dans le cadre du plan Vigipirate école, sa rédaction et sa mise en application doivent répondre à des questions claires et nécessitent l’intervention de plusieurs spécialistes.

Rédaction du PPMS

Ce document doit prévoir un parcours balisé que le personnel, les élèves et les visiteurs suivront en cas d’alerte. Il doit donc notamment désigner les différents acteurs de sa mise en place : qui déclenche l’alarme, qui prend en charge les groupes de personnes à guider vers le point de ralliement, où se trouve cet emplacement ? La nature de l’alerte doit impérativement être précisée, ainsi que l’identité des personnes dites ressources, responsables des autres, ainsi que leur rôle précis. Le PPMS doit aussi indiquer les itinéraires à suivre par les personnes à évacuer, ainsi que leur destination pour être en sécurité. Pour bien préparer le PPMS de votre établissement scolaire, munissez-vous donc d’un plan de l’école mentionnant exactement les entrées, sorties, portes de service… Le chemin à suivre devra être délimité visuellement par des barrières voire des clôtures et les coordonnées des personnes-clés devront être communiquées à tout le monde et demeurer joignables à tout moment.

Référents pour la mise en place du PPMS

Rassurez-vous, la rédaction de ce document ne repose pas uniquement sur le chef d’établissement et son équipe pédagogique. En réalité, pour répondre aux exigences du plan Vigipirate école, il nécessite l’intervention et la validation de différents spécialistes. Il faut, évidemment sélectionner des membres du personnel et en faire des personnes ressource, disponibles sur le moment, mais avant de commencer quoi que ce soit, une prise de contact avec des institutions demeure obligatoire. La mairie vous fournira les coordonnées de l’élu chargé de la sécurité, du référent PCS, Plan Communal de Sauvegarde, et des secours, ainsi que le Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs, sur lequel baser votre rédaction. Contactez également votre hiérarchie, susceptible de vous mettre en lien avec des coordinateurs sécurité ou des formateurs spécialisés dans ce domaine. Une fois terminé, le plan doit être remis à la mairie, à l’inspecteur et au recteur de l’académie, à la collectivité territoriale concernée et au directeur régional de l’agriculture et de la forêt.

Dispositifs de sécurité liés au PPMS

Le plan Vigipirate école impose donc des aménagements de sécurité à l’extérieur et à l’intérieur de l’établissement. Des barrières et autres moyens de protection des élèves et un système de balisage de parcours figurent dans le PPMS, de même que le système d’alerte informant le public d’une attaque. Un exercice d’évacuation annuel demeure, par ailleurs, obligatoire pour vérifier que le système fonctionne, parfaite occasion de vérifier que les équipements choisis sont adaptés.

Barrières et protections extérieures

Pour sécuriser les abords du bâtiment, plusieurs solutions existent. Beaucoup de structures disposent des barrières amovibles en métal afin d’empêcher tout stationnement. Une clôture solide permet, de la même manière, de protéger les usagers. Une clôture en béton, par exemple, amortira de nombreux chocs venant de l’extérieur et préservera les écoliers circulant dans la cour. Pour ne pas effrayer ces derniers, sachez que certains modèles personnalisables peuvent d’ailleurs prendre une apparence plus conviviale et chaleureuse que celle d’un simple bloc de ciment. Par ailleurs, un portail haute sécurité contribue à limiter les intrusions. Qu’il soit en fer, en aluminium, motorisé ou pas, prévoir un dispositif de contrôle ou un tourniquet reste un bon moyen de ralentir un intrus essayant de pénétrer de force dans l’établissement.

Alarmes et systèmes d’alerte

Dans le cadre du plan Vigipirate école, tout établissement scolaire doit se munir d’un bon système d’alerte. Celle-ci doit être déclenchée dès l’audition du Signal National d’Alerte ou à la suite d’une requête des autorités, dans le cadre d’un exercice par exemple. Opter pour une alarme ou un avertisseur sonore et lumineux puissant permet d’informer tout le monde en même temps et de façon instantanée. Selon la taille de votre école, vous pouvez opter pour une sirène à déclenchement manuel, disposant d’une manivelle à tourner, ou bien d’un modèle électronique plus moderne. Certains dispositifs prévoient également un signal lumineux assorti au son, ce qui renforce l’alerte et permet de la différencier d’une simple alarme incendie. Un haut-parleur permettant de communiquer avec les autres lieux de regroupement de l’établissement constitue également un plus : tous les groupes restent en contact et se transmettent les instructions délivrées par les secours pour définir la marche à suivre. Dans le cadre du plan Vigipirate école, il demeure donc primordial de rédiger un PPMS avec l’aide de spécialistes et de prévoir les bons équipements afin de protéger les écoliers et le personnel de l’établissement.

Lemaire-Tricotel, spécialiste de la protection périmétrique vous propose de nombreuses solutions de clôture pour vos établissements recevant du public. Nous sommes à votre disposition pour vous conseiller et répondre à toutes vos interrogations.