Quelles sont les normes des portails coulissants ? On distingue 2 types de fonctionnement pour les portails coulissants : le portail manuel ou le portail motorisé.

Ces derniers sont privilégiés pour :

  • Les sites industriels,
  • Les résidences privées (copropriétés),
  • Divers lieux nécessitant une haute sécurité.

Tous les portails coulissants, manuels ou motorisés, obéissent à des normes de sécurité précises.

Comment fonctionne un portail coulissant ?

Il existe donc deux types de portails coulissants  : les portails coulissants sur rail et les portails autoportants. 

Les portails coulissants sur rail coulissent sur un rail fixé au sol. C’est le type de portail coulissant le plus couramment utilisé.

Les portails autoportants (ou portails en porte à faux) sont autoportés par 2 chariots de guidage, et équilibrés par un contre-poids à l’arrière du vantail.

Ils ne nécessitent aucune installation au sol au niveau du passage, et sont donc priviligiés sur les sites avec passages intensifs ou si la pente empêche l’installation d’un rail.

Quelles normes s’appliquent aux portails coulissants ? 

Les portails motorisés répondent à des exigences très précises. 

En effet, tout portail (ou porte automatique) fabriqué et vendu en Union Européenne doit être conforme à la norme EN 13241 1 , qui remplace la norme française NF 25-362 anciennement en vigueur. A savoir que la même norme s’applique aux portes manuelles. 

Ainsi, la norme EN 13241 1 exige que les ouvertures automatiques soient hautement sécurisées.

Ainsi, elles ne doivent ni cisailler, ni pincer, ni blesser de quelconque manière un individu. 

De ce fait, chaque installation doit comporter un système de détection et faire l’objet d’un entretien très minutieux. 

Quelles exigences pour les fabricants de portails coulissants ? 

Avec le passage à la norme européenne, l’installateur et le client sont tous les deux responsables. En cas d’accident et selon le contexte, l’un ou l’autre se retrouve responsable. 

A titre d’exemple, si le portail coulissant vient à manifester des dysfonctionnements liés à ses composants, l’installateur est en faute. 

Aussi, le vendeur / installateur se doit d’obtenir le marquage CE par un organisme notifié, habilité à évaluer le produit (comme par exemple le CETIM, le CSTB ou le CTBA) 

L’organisme certifié teste : 

  • La sécurité à l’ouverture et à la fermeture
  • Les efforts généraux de fonctionnement du portail
  • La résistance à la charge due au vent

D’autre part, il est nécessaire que toutes les informations du portail coulissant figurent dans un dossier technique détaillé.

Celui-ci doit comprendre une notice d’utilisation, un livret d’entretien, ainsi que toute information supplémentaire nécessaire aux contrôles de l’installation. 

Enfin, tout portail doit être livré avec une étiquette CE qui doit comprendre :

  • Un numéro de série
  • Le numéro unique de référence
  • L’année de fabrication
  • Le marquage CE, a minima. 

D’autre part, il appartient à l’utilisateur de souscrire un contrat d’entretien, qui inclut deux visites par an, et qui permettra de vérifier le bon fonctionnement de tous les éléments de sécurité.

En Union Européenne, tous les portails coulissants et de manière générale, tous les portails motorisés bénéficient d’une réglementation stricte.

Chez Lemaire-Tricotel, tous les systèmes d’ouvertures sont normés et certifiés pour votre sécurité.