Conçus comme de véritables tableaux, les jardins japonais reposent sur trois principes fondamentaux : 

  • La miniaturisation de la nature. 
  • Le symbolisme des paysages.
  • La simplicité des compositions. 

La sobriété et la douceur de leurs compositions invitent à la rêverie, à la détente, mais aussi à un certain éveil spirituel selon la philosophie nippone. En effet, ils doivent être propices aux divagations et se distinguent de ce fait des jardins français de par leur absence de lignes droites. 

Pourtant, l’aménagement d’un jardin japonais  se fonde sur des règles strictes et ne tolère que peu d’artifices. Comment, donc, créer un jardin japonais authentique en respectant les principes d’aménagements traditionnels ? 

Quels éléments sont indispensables à votre jardin japonais ?

Les pierres

Les pierres, appelées “Ishi” jouent un rôle primordial dans l’aménagement des jardins japonais. Tantôt évoquant un éboulis de montagne, tantôt habillant les berges d’un bassin, elles sont supposées cristalliser une énergie bénéfique à l’ensemble du jardin. L’idée est de créer une impression de mouvement. 

Les pas japonais, quant à eux, sont des pierres plates disposées de telles sortes à créer des chemins, qui permettent une circulation en toute sérénité dans le jardin. 

L’eau

Elément de base du décor des jardins japonais : elle se présente sous forme de ruisseaux, de cascades, d’étangs de bassins à poissons, de sources et de pierres à eaux. 

La plupart des particuliers affectionnent les bassins naturels, à peupler de quelques carpes koïs. 

Le sable

Le sable des jardins japonais est un simple concassé en granit. Il peut facilement être compacté et permet de réaliser des dessins avec un râteau spécial en bois. Quel plaisir pour l’esprit que de ratisser en cercles et en ondulations de toutes amplitudes… 

Les ponts

Leur forme et leur taille peut varier à l’infini. Il peut s’agir d’une simple pierre ou bien d’un petit pont en bois arqué au dessus d’un paisible ruisseau ou d’un bassin. 

Les Shishi-Odoshi

Signifiant littéralement “effrayer les cerfs” ces dispositifs ont à l’origine été conçus pour effrayer les animaux nuisibles à l’agriculture. Il s’agit en outre d’une fontaine traditionnelle en forme de tube en bambou pivotant sur un côté de son point d’équilibre. Un conduit le gorge d’eau et une fois celui ci rempli il bascule de tout son poids, se vide et retombe en produisant un bruit sec sur une pierre. Il permet en outre de ponctuer le silence afin de mieux apprécier ce dernier. 

Les ornements 

Lanternes, lumières, carillons et sculptures diverses viendront, si implantés avec parcimonie, apporter une touche authentique au jardin japonais. 

Quelle composition végétale pour un jardin japonais ?

Le bambou 

En réalité, ce végétal sacré n’est pas considéré comme un arbre mais comme une herbe.  On privilégiera une variété ne nécessitant que peu d’entretien. 

Les arbres 

Parmi les variétés traditionnelles, on distingue : 

  • L’érable du Japon “Acer palmitum”
  • Le saule pleureur Salix Babylonica 
  • L’arbre au caramel ou Cercidiphyllum japonicum
  • Le fameux Cerisier du Japon 
  • Les pins

Les arbustes

  • Les incontournables bonsaïs
  • Le Cognassier du Japon
  • Les Azalées japonais 

Les plantes couvre-sols 

Idéales pour structurer le paysage :

  • La mousse
  • La pervenche
  • La bruyère
  • Etc. 

Quelle clôture pour un jardin japonais ?

Les clôtures permettent à la fois de diviser le jardin tout en jouant sur l’effet de découverte en cachant certaines parties visibles. 

L’idée est de créer des espaces intimes et de mettre en relief certains composants par un jeu de couleurs et de matières, mais aussi d’ouvertures. Légères, elles sont pour la plupart du temps constituées de tressages traditionnels à base de bambous. 

Pour ce qui touche aux portails, on citera les portes ouvertes sans clôture aucune, appelées également Torii, invitant les rêveurs à pénétrer dans un univers pacifique, dénué de violence.