Rien de plus agréable, en arrivant sur son lieu de travail par un matin pluvieux, que de pouvoir ouvrir et fermer son portail depuis l’intérieur de sa voiture ! Largement répandu aujourd’hui, chez les particuliers comme dans les Espaces Recevant du Public, le portail électrique se révèle très pratique et confortable. Pour bien choisir sa motorisation de portail, il demeure néanmoins nécessaire de tenir compte de plusieurs critères. Voici notre guide complet pour y voir plus clair.

Portail battant VS coulissant

Que vous disposiez déjà d’un portail à automatiser ou pas, sachez qu’il existe deux types de portails qu’il est possible d’électrifier de manières différentes. D’un côté, les portails à battants, qui comportent un ou deux vantaux qui s’ouvrent vers l’intérieur ou l’extérieur. Ces modèles, faciles à électrifier, peuvent l’être de différentes manières, notamment en fonction de leur poids. D’un autre côté, on retrouve les portails coulissants, fixés sur un rail qui leur permet de glisser latéralement pour s’ouvrir.

Motorisation à bras ou enterrée : solutions universelles pour les portails à battants

Le dispositif à bras fait partie des plus fréquemment utilisés pour choisir sa motorisation de portail. Cette méthode s’adapte en effet à tous les portails battants moyens à lourds. La motorisation à bras nécessite un dispositif relativement encombrant, à installer de chaque côté du portail, mais sollicite peu ses fixations. En effet, elle suit exactement la trajectoire des vantaux, contrairement à la motorisation à vérins, plus lente mais mieux adaptée aux portails lourds. Une motorisation enterrée, qui nécessite quelques travaux de maçonnerie, convient également à tous les portails à battants légers. Invisible, elle constitue un atout esthétique et garantit une ouverture et une fermeture rapides.

La motorisation à vérin : la plus puissante pour un portail battant lourd

Un moteur à vérin représente une excellente solution d’automatiser un portail battant. Ce dispositif, lent mais discret, convient parfaitement aux portails plus massifs du fait de l’importante force de traction qu’elle génère. C’est pourquoi cette solution est dite « coupleuse » et qu’elle s’emploie plus souvent sur des portails lourds voire très lourds. Les vérins, électriques ou hydrauliques, se placent sur les piliers de chaque côté du portail ou sur un mur perpendiculaire à ceux-ci.

Motorisation d’un portail coulissant

Un portail coulissant ne possède qu’un seul vantail, un unique panneau qui glisse vers la droite ou vers la gauche pour s’ouvrir. Pour coulisser de manière fluide, le portail repose sur un système de crémaillère et de rail qui peut prendre plusieurs formes. On retrouve notamment le rail triangulaire, connu pour sa solidité et pour sa capacité à écarter les petites impuretés susceptibles de se coincer dans le mécanisme. Le rail rond, qui dépasse un peu plus du sol, constitue également une très bonne option. Quant à la crémaillère, elle peut se constituer soit de métal et nécessiter un graissage régulier, ou de nylon, une solution mieux adaptée aux portails plus légers. Il demeure aussi important de vérifier la longueur du dispositif pour que le portail s’ouvre bien en entier !

Poids, taille, localisation et vitesse d’ouverture : les premiers éléments à analyser

Pour bien choisir sa motorisation de portail, il faut donc connaître son mode d’ouverture afin de sélectionner la méthode la mieux adaptée : motorisation à bras, à vérins ou à crémaillère pour un portail coulissant. Toutefois, ce choix doit aussi prendre en compte des éléments plus précis tels que le poids, la vitesse d’ouverture ou encore les intempéries auxquelles le dispositif risque d’être exposé.

Le poids et la taille du portail : des éléments déterminants

Ce critère apparaît en filigrane des descriptions précédentes : un moteur à vérin demeure nettement plus lent qu’un moteur à bras mais exerce une forte traction sur les fixations, il convient donc mieux aux portails lourds. Dans le cas d’un modèle coulissant, une crémaillère en nylon reste possible, à condition que le vantail ne soit pas trop lourd. On parle de portail léger à lourd lorsqu’il pèse moins de 300 kilos. Au-delà de ce poids, on considère qu’il s’agit d’un équipement lourd. Le plus souvent, ces modèles sont en acier ou en métal. Les portails dits légers se composent le plus souvent de panneaux de bois, d’aluminium ou de PVC. La taille joue également un rôle dans le poids du dispositif final : plus les vantaux sont imposants, plus ils pèsent lourd dans la balance.

Localisation du portail : attention à l’exposition au vent

Le poids du portail ne fait pas tout. Une exposition régulière à un vent plus ou moins fort peut s’avérer fatale pour un système de motorisation trop léger. Un portail coulissant placé dans une région très venteuse devra reposer sur un rail solide et une crémaillère en métal. Un portail coulissant ajouré convient parfaitement à ce type de conditions météorologiques. Un modèle à battant gagnera en solidité avec une motorisation à vérins hydrauliques.

Vitesse d’ouverture : à ne pas négliger

En fonction du trafic, de la nature du bâtiment, il demeure important de se poser la question de la fréquence d’ouverture du dispositif pour choisir la motorisation de portail la mieux adaptée. Par exemple, dans le cas d’un ERP ou d’un entrepôt vers lequel des véhicules ou camions de livraison circulent toute la journée, mieux vaut opter pour une motorisation enterrée, qui convient à tous les types de portails légers et s’ouvre rapidement. Si toutefois, pour des raisons de sécurité, le portail se compose de deux grands vantaux en métal, le choix des vérins reste sûrement le plus sécurisé, même s’il s’ouvre moins vite. 

Alimentation électrique et mode manuel en cas de coupure de courant

L’une des dernières informations à prendre en compte au moment de choisir sa motorisation de portail reste l’alimentation électrique nécessaire. La plupart des dispositifs fonctionnent avec du 220V et comprennent un système d’ouverture manuelle en cas de coupure de courant. Il s’agit généralement d’une petite clé manuelle permettant de débrayer l’automatisme pour ouvrir le portail. Certains modèles basse consommation peuvent toutefois fonctionner avec une alimentation de 12 ou 24V et sont fournis avec une batterie de secours, rechargeable sur réseau ou à l’énergie solaire.

Les experts Lemaire-Tricotel sont à votre disposition pour vous aider à motoriser un portail coulissant ou à battant. Chez Lemaire-Tricotel, tous les systèmes d’ouvertures motorisés sont normés et certifiés pour votre sécurité.